La vie au village

Si vous cherchez un endroit isolé, le vent et les arbres comme seuls compagnons,
Si vous fuyez les relations humaines, les projets collectifs, les aventures culturelles ou festives,
Si vous êtes tentés par l’ermitage, la retraite intérieure et l’introspection
Cette maison n’est pas pour vous !


 Habiter dans un village d’exception !

detours-en-france

Vue dans le Magazine « Détours en France »

Choisir de vivre au cœur du village de Sarrant, c’est habiter au sein d’une petite communauté dynamique et trouver sa place au sein de ce groupe.

Dynamique sur le plan économique et encore davantage pour ses activités culturelles, la vie au village favorise l’investissement associatif de ses habitants.

La population de Sarrant mêle les actifs et retraités, les anciens et les néo-ruraux, chacun y trouve son compte.

Beaucoup d’activités sont proposées dans ce village, pour tous les âges, quelques soient vos intérêts, à vous de voir :

Sarrant est une commune située dans le département du Gers (32). Les 371 habitants de cette commune ont un âge moyen de 46 ans. La catégorie socio-professionnelle la plus représentée dans la commune est celle des cadres. Les résidents peuvent profiter de très nombreux espaces verts et jardins. Côté immobilier, les habitations de la commune sont réparties en 96 % de maisons et 4 % d’appartements. Il n’y a pas de logements sociaux. La taxe d’habitation s’élève à 8 % et la taxe foncière à 23 % (en moyenne pour le département : taxe d’habitation à 27 %, taxe foncière à 31 %). Quant à la taxe d’enlèvement des ordures ménagères, elle est de 12 % .


Le village décrit par le Petit Futé

petit-futee-gers-gascogneSarrant est sans surprise l’un des plus beaux villages de France. Ce castelnau, dessinant une enceinte presque circulaire, est d’une grande beauté avec maisons à colombages, église centrale, sans oublier une splendide tour-porte par laquelle on pénètre dans le village.

Autour du bourg, un lavoir, une dizaine de pigeonniers, des fontaines agrémentent la visite. C’est autour de l’église Saint-Vincent-d’Agen que Sarrant s’est développé, mais les lieux étaient – timidement, il faut le dire – occupés depuis l’Antiquité. En 1307, la cité devient un castrum royal. Au XVIe siècle, sa tour est endommagée lors d’un siège : pour se libérer, elle livre à ses ravisseurs toute l’argenterie de l’égIise. Au même siècle se crée une étonnante confrérie de musiciens en majorité atteints de cécité, si bien que Sarrant devient un pôle musical attractif pour tout le Sud-Ouest ! Au fil des siècles, la ville subit quelques dommages, le pont-levis est transformé en pont de pierre, la muraille est percée pour faciliter le passage, et modernisation ainsi que pacification impliquent le comblement des fossés défensifs.

Malgré tout, l’aspect médiéval subsiste encore, car Sarrant a gardé son âme de castelnau d’un autre temps !

Extrait du Petit Futé 2016